Comment protéger les équipements électroniques ?

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...
Temps de lecture : 3 minutes

Comment protéger les équipements électroniques contre les orages et protéger les serveurs contre les coupures de courant ?

La foudre

La norme impose les équipements pare-foudre dans les régions traditionnellement exposées, (en gros au
sud de la Loire.) Ceci ne tient pas compte de la fragilité des nouveaux équipements électroniques qui vont de l’informatique à l’électroménager en passant par tous les matériels multimédia qui sont maintenant constitués de composant électroniques économes en énergie (technologie CMOS) mais d’autant plus sensibles aux chocs électriques.

A noter que lors des orages, les tensions peuvent atteindre 10000 Volts par mètre sous le nuage orageux juste avant que l’éclair ne frappe le sol.

En temps normal hors orage, le champ électrique est faible : environ 150 volts par mètre.

Remarque :
Si vous avez habitez un appartement avec de la moquette synthétique largement éclairé par le
soleil couchant, vous avez probablement déjà reçu une décharge électrique lorsque vous mettez la main sur
le montant métallique de la porte ou lorsque vous serrez la main de la personne qui arrive de l’extérieur.

C’est parce que vous avez atteint un potentiel élevé supérieur à 320 volts minimum (3000 volts est fréquent)
que vous subissez une décharge, de faible intensité heureusement. Même observation en refermant la
porte de sa voiture lors des jours de grand soleil.

Sauf si on subit la foudre où dans ce cas des énormes intensités destructrices sont en jeu, il y a par temps
d’orage dans l’espace de fortes tensions mais pas d’intensité (C’est ce qu’on appelle un champ électrique).
On ressent cet «électricité dans l’air» qui énerve les enfants, et ça s’arrête là. Seulement lorsque les éclairs
approchent, c’est que les champs électriques subissent des pics de tension qui capturés par les câbles
électriques et téléphoniques arrivent dans nos maisons et sont capables de détériorer les appareils sans
toutefois en général les détruire complètement.

Les petites détériorations subies par les appareils provoquent des pannes aléatoires difficiles à identifier et
donc coûteuses à réparer.

NOTA : Les grosses destructions se produisent lorsque la foudre frappe des pylônes EDF non protégés ou,
plus grave la maison elle-même. Voir l’annexe 1 sur les orages.

Il y a donc lieu de protéger tous les équipements contre les tensions créées par les orages et que récoltent les câbles électriques et téléphoniques.

On place sur l’arrivée de courant et sur l’arrivée téléphonique des composants qui dérivent les surtensions vers la terre et protègent, parce qu’ils sont très rapides, les équipements en aval.

Il n’y a pas lieu de faire des économies sur ces composants car c’est de leur efficacité que dépend la protection des équipements.

Vous trouverez sur la planche 1 des parafoudres de la Marque LEGRAND efficaces et avec des voyants de
contrôle. Il y a d’autres fabricants.

a) Parafoudre monophasé réf 03951.
b) Parafoudre triphasé réf 03953 selon votre installation.
c) Parafoudre téléphoniques réf 03828 pour votre ligne analogique portant l’ADSL.
d) Parafoudre pour ligne numérique réf 03829 si vous disposez d’une arrivée Numéris pour votre installation téléphonique. (Autre que la ligne portant l’ADSL).

MONTAGE : Voir la planche 2.

Le parafoudre secteur est à placer entre le disjoncteur EDF et les disjoncteurs de l’armoire électrique.

La borne terre du parafoudre se doit d’être reliée à la terre de l’installation.

Idem pour le téléphone, on fait la ligne traverser le parafoudre et on connecte la borne terre.

Planche 1

Planche 2

Les coupures de courant

Un onduleur interactif est indispensable pour alimenter le serveur.

Il prend le relai du secteur lors des micro-coupures de courant fréquentes.

Surtout, si la panne se prolonge, (délai à programmer), il peut commander l’arrêt du serveur. Ainsi le serveur
s’arrête correctement, l’onduleur n’épuise pas ses batteries au point de les détruire.

La seule intervention qui reste à exécuter c’est de redémarrer le serveur manuellement.

NB : Les onduleurs qui ne sont pas interactifs épuisent leurs batteries et ce faisant terminent par sous-
alimenter le serveur pendant un temps assez long. C’est alors que par exemple le système Windows
interprétant mal les erreurs dues à la baisse de tension, se lance dans des réparations qui se soldent en
général par une panne totale irrécupérable du système.

A choisir entre un onduleur simple et pas d’onduleur du tout, il vaut mieux l’absence d’onduleur. Certes, le
serveur s’arrête brutalement, mais au moins Windows n’a pas de possibilité de se lancer dans des « réparations folles».

Source : caecsi.bzh  (CC BY-SA 2.0 FR)